C’était samedi à l’auditorium devant un auditorium affichant quasi complet… Tantantannnnn 😉

Stéphane Floch entre en scène, presque timide, avec une bouille à la Bourville pour la première impression. Il lui a fallu moins de trois minutes pour nous prendre à témoin et tous les balmanais présents. Nous nous sommes laissé emporter sans la moindre difficulté.

Rapidement, les célibataires et les couples stars d’un soir, confortablement installés dans la salle, sont repérés et le show peut débuter : « Comme les vélos, toujours célib’ », c’est le nom du spectacle, la couleur est annoncée !

Le spectacle est rythmé et accompagné de titres connus de tous et enflamme la salle, les éclats de rires fusent. Stéphane le trentenaire livre, durant 1h30, des scènes de vie sur la réalité du célibat en manque de l’Autre, sur les stratégies, parfois loufoques, de conquête amoureuse et le public en redemande. Les sites de rencontre en prennent pour leur grade au passage : c’est drôle lorsqu’avec innocence et sans chercher à polémiquer Stéphane Floch évoque les photos mises en ligne par les célibataires, allant même jusqu’à ironiser sur les photos de profil en burka et où il confie « j’aurai préféré un 16/9ème au niveau de la poitrine, moi ! »

La vie de couple, le quotidien n’en est pas pour autant en reste et, toujours en nous prenant à partie, nous dans la salle, on salue les 50 ans de mariage d’un couple interpellé au hasard ! Bou diou, on s’aime fort à Balma !

Il ne s’en est pas arrêté là ! Les standards y sont passés : la bimbo siliconée « comme Pamela Anderson » et qui prend l’avion « mais attention toute la chirurgie a pété pendant le vol. A l’arrivée, c’était Charlotte Gainsbourg ». Vous en avez redemandé, normal !

Textes efficaces, interaction quasi-permanente avec la salle, l’artiste jubile et ça se sent. Le célibataire continue son constat et affirme que les femmes sont plus cérébrales que les hommes… Durant une fraction de seconde la gente féminine retient son souffle attendant la chute inévitable « C’est vrai ! Alors ne vous prenez plus la tête ! Il faut calmer la bête…»

Enfin, Coco, le professeur de danse totalement décalé, et « Mousse Line », la partenaire gonflée à bloc, sont venus nous rejoindre, sur la scène.

On le confesse : tout l’auditorium (et nous aussi !) a appris la leçon en chœur et avec le sourire « La drague c’est la danse, la danse c’est la drague, c’est le B.A. BA ! », gestuelle à l’appui ! (on a des vidéos, si si !)

Assurément, Stéphane Floch et son grand cœur nous a tous réjoui ! Les organisateurs n’ont pas  communiqué, à la sortie, sur le nombre de célibataires repartis en couple… mais nous, on a passé une soirée au top !